F . A . Q

FAQ

A la différence des autres prestataires c’est le chauffagiste en charge des installations de chauffage des logements dont vous assurez la gestion -donc celui qui vous connaît le mieux- qui est en charge de cette offre. Il reste votre contact privilégié dans cette relation de proximité. Temperly allie en outre l’expertise industrielle de la société Qundis pour le matériel de comptage et le savoir-faire de Saint-Gobain pour le traitement des données. De plus, Temperly exige systématiquement le désembouage et l’équilibrage des installations de chauffage dans le cadre de l’individualisation des frais de chauffage sans lesquels cette individualisation n’est pas efficace et les économies réalisées moins importantes. Ce qui peut passer pour un surcoût initial est en fait un gage de sûreté et d’efficacité dans l’individualisation des frais de chauffage. Temperly utilise également systématiquement le coefficient de situation ou d’exposition dans le calcul d’individualisation, ce qui n’est pas toujours le cas, afin d’être le plus juste et le plus équitable dans la répartition des frais de chauffage.

L’installation et la gestion de l’installation représente un coût maîtrisé parce que les opérations de pose ne requiert pas de compétence particulière : une demi-journée de travail est suffisante pour équiper entièrement un appartement type T4.

L’installation des robinets thermostatiques permet de maîtriser l’échange de chaleur dans les radiateurs. Qui dit échange de chaleur optimisé, dit températures de retour froides. Ces températures de retour froides vont favoriser le phénomène de condensation en chaufferie. De plus, les robinets thermostatiques s’ouvrant ou se fermant en fonction des besoins thermiques, des économies peuvent également être réalisées sur la consommation du circulateur, si celui-ci est à vitesse variables.

Le coefficient de situation compense une situation thermique défavorable (pignon, étage supérieur), il est autorisé par la réglementation pour l’individualisation du chauffage collectif et ISTA maitrise parfaitement leur application. Il n’y a rien d’équivalent en chauffage individuel (le prix du kWh n’est jamais modifié en fonction de la position du logement dans l’immeuble). De fait, ce coefficient est plutôt destiné au logement social où les locataires n’ont pas le choix du logement. Il est souvent considéré comme contreproductif pour l’engagement de travaux de rénovation énergétique en copropriété.

L’ensemble des 20 études européennes menées sur l’individualisation des frais de chauffage confirment que le comptage individuel permet de réaliser des économies d’énergie. Elles s’entendent toutes sur une moyenne de 20% de la facture de chauffage. 

C'est humain, le simple fait d'avoir un " compteur " encourage à faire plus attention. Et comme le montant de la facture de chauffage sera lié à votre consommation individuelle, vous êtes aussi encouragé à influer sur votre consommation. Il y a plusieurs manières d'être plus attentif à sa consommation : On adapte la température de chauffage de chaque pièce au confort souhaité. D'ailleurs il est préconisé de chauffer plus dans le séjour et dans la salle de bains que dans la chambre. En cas d'absence de quelques heures, pourquoi ne pas baisser le chauffage de 2°C : 1°C c'est déjà 7% d'économie. Et en cas d'absence plus longue, il est bien sur inutile de chauffer comme lorsque vous êtes présent- Il vaut mieux aérer en grand mais pendant 5 minutes seulement pour ne pas refroidir les murs que d'entrouvrir la fenêtre plus longtemps En s'informant tous les mois pendant les périodes de chauffe de l'évolution de sa consommation. C'est valorisant de voir que les efforts sont récompensés.

Le répartiteur ne dispense pas de faire des travaux d’amélioration, il les encourage et les valorise. Il permet de récompenser l’utilisateur qui a fait des travaux en faisant baisser sa facture d’énergie. Le temps de retour sur investissement est imbattable comparé aux autres travaux d’économie envisageables : moins d’un an !

Les travaux d’isolation sont toujours souhaitables mais ils ne sont pas un préalable à la pose de répartiteurs de frais de chauffage (RFC). Les RFC permettent d’engranger immédiatement des économies et de sensibiliser les copropriétaires à la nécessité de continuer de faire des travaux d’amélioration thermique de leur bâtiment, dont l’isolation. Et si la copropriété n’arrive pas à décider des travaux collectifs, cela incite les copropriétaires à faire les travaux individuellement (double vitrage, isolation par l’intérieur…).

Le répartiteur ne transmet pas en continu. Il communique seulement quand est activé la lecture de transmission des données de consommation, en général une à deux fois dans l’année et pour une durée de quelques secondes. Les répartiteurs TEMPERLY vont au delà de ce que normes françaises et européennes exigent. Elles ne sont absolument pas nuisibles. Pour information, il émet environ 20mW,contre 2000mW pour un smartphone. Soit 100 fois moins, quelques secondes, 2 fois par an !

L'échange de données informatique (EDI) est un moyen efficace pour automatiser l'intégration des consommations individuelles dans le système de gestion des charges. Gain de temps considérable, suppression des erreurs de saisie, fiabilisation des informations sont possibles pour un investissement quasi nul ! En effet, le protocole de transfert de données d'ista est considéré comme un standard dans la profession et pratiquement tous les logiciels de gestion immobilière du marché ont une option d'intégration de nos fichiers. Les références des logements sont mises à jour une fois pour toute dans notre base puis les relevés sont structurés au format Schlumberger et envoyés tout simplement par email. L'échange fonctionne dans les deux sens et des mises à jour (noms, références, index...) peuvent être envoyées à ista sans aucune manipulation.

La première génération de compteurs radio nécessitait le déplacement d'un technicien qui devait s'approcher des logements pour relever les index. Aujourd'hui, ista propose d'installer dans l'immeuble un module de communication par télérelève qui récupère l'ensemble des données (comptage de l'eau mais aussi du chauffage) et les transmet par GSM à la base de traitement. Cette technologie ouvre la voie à de nouveaux services de surveillance des consommations permettant de cerner au plus près les écarts et de prévenir les usagers en cas de fuites

Pour limiter le gaspillage de papier mais aussi pour améliorer la vitesse de transmission des informations et faciliter les recherches, ista peut, sur simple demande, transmettre les données de relevé aux formats PDF et Excel. Ce service est complété par un échange de données informatique qui va plus loin dans l'automatisation de l'intégration des consommations dans le logiciel (servant au calcul des charges des gestionnaires immobiliers).

La technologie radio et télérelevé appliquée au comptage a permis de supprimer, pour l’occupant, la contrainte d’être présent au moment du relevé. Il a donc été possible, sans grever le coût du relevé lui-même, de contrôler plus souvent les consommations et multiplier les occasions d’alertes en cas de dérives. Hier, il fallait limiter nos passages à un ou deux par an dans un immeuble, aujourd’hui, il est possible de recueillir des données mensuelles ! Le comptage de l’eau est entré dans une ère nouvelle pour devenir, grâce à cette fréquence rapprochée des relevés, un véritable pilotage des consommations. Il contribue ainsi à une optimisation des charges. Avec une information plus régulière, basée sur des données toujours plus pertinentes véhiculées par les moyens de communication modernes, le consommateur utilise l’eau sans la gaspiller. C’est ISTA qui se charge de gérer cette nouvelle dimension de l’information : cela ne génère pas de travail supplémentaire au syndic